Vous êtes ici : Accueil » fr » Blog » Informations » Nature, faune et flore » Le lézard à longue queue

Le lézard à longue queue

Faune de Thaïlande


Toutes les versions de cet article :

agrandir



Le lézard à longue queue (Takydromus sexlineatus) est un lézard répandu dans toutes la Thaïlande où il est connu sous différent noms [1] et fait l’objet de croyances [2].

Description

Takydromus sexlineatus

Takydromus sexlineatus est le seul représentant de la famille des Lacertidae en Asie où il est largement répandue dans de nombreux pays l’Inde, le sud de la Chine, l’île de Hainan, l’Asie du Sud-Est, en Thaïlande continentale et sur les îles thaïlandaises. On le trouve même à Bangkok.

Sa principale caractéristique est de posséder une queue qui peut mesurer jusqu’à cinq fois la taille de son corps qui mesure environ six centimètres ! Partiellement préhensile, elle est parfaitement adaptée aux déplacements dans les bambous et les hautes herbes dans lesquels il vit. Il est également capable de s’en séparer pour tromper un prédateur [3].
Le corps est marron plutôt clair, avec le ventre blanc, et de fines rayures longitudinales.
Les écailles qui couvrent le dos et le ventre sont de forme ronde et lisse.
Les femelles ont une coloration presque unie, variant du brun foncé au brun pâle, sur l’ensemble du corps. Les mâles quant à eux ont des flancs plus colorés que leurs congénères féminins et il est quelques fois possible d’y percevoir des petits points blanc crème.

Le lézard à longue queue à Kanchanaburi

Alimentation et comportement

Il se nourrit exclusivement pendant la journée, au sol en mangeant des insectes et des vers de terre. Il repère facilement ses proies au sol et avant de bondir dessus, sa queue se met à onduler. Vu la longueur de celle-ci, c’est assez impressionnant à observer. Il mange vite et peut courir sur l’herbe très rapidement.
Dans la matinée, il a tendance à s’allonger au soleil et à balancer la queue d’avant en arrière.
C’est un lézard territorial et les mâles se montrent agressifs entre eux.

Reproduction

Lors de l’accouplement comme la plupart des lézards, le mâle mord la femelle pour la maintenir. L’accouplement est d’une durée d’environ quinze minutes. Deux à trois semaines plus tard, la femelle est en état de pondre de trois à six œufs (parfois plus). Elles peuvent pondre jusqu’à six fois par an.

Une croyance bien établie dans l’est de la Thaïlande le disait venimeux et mortel.
Mais il n’en est rien.


[1กิ้งก่า น้อย หางยาว (kingka noi hangyao), จิ้งเหลน น้อย หางยาว (chinglen noi hangyao), งู คา (ngu kha - serpent à patte) et สางห่า (sangha)

[2Ces croyances sont essentiellement dues à des récits de Phet Phra U Ma - เพชรพระอุมา, le plus long roman d’aventure siamois qui est également considéré comme le plus long roman au monde.

[3L’autotomie est la capacité qu’a un animal de perdre une partie de son corps volontairement, en particulier certains invertébrés, des reptiles et des petits rongeurs comme la souris à abajoues (Chaetodipus fallax), l’Octodon degus, le chinchilla, la gerbille de Mongolie, le lérot, le muscardin ou certains mulot. L’autotomie est un réflexe nerveux spécifique qui agit sur un muscle particulier. Il s’agit d’une partie non vitale de son corps, en général la queue, mais parfois un membre, de la peau… afin d’échapper à un prédateur. En général le membre abandonné reste agité de mouvements réflexes grâce aux ganglions nerveux présents, et ce jusqu’à plus d’une heure, donnant une illusion de vie et occupant le prédateur.
L’autospasie à la différence, consiste en la perte d’un appendice lorsque ce dernier est tiré ou retenu prisonnier. Certains rongeurs peuvent ainsi perdre une partie de leur queue. Chez l’abeille qui abandonne son aiguillon en forme de harpon dans la plaie, avec les glandes à venin elle est fatale. L’abeille meurt. Ses glandes peuvent continuer seules à injecter le venin durant vingt minutes