Vous êtes ici : Accueil » fr » Blog » Informations » Nature, faune et flore » Le combattant du Siam

Le combattant du Siam

Faune de Thaïlande


Toutes les versions de cet article :

agrandir

Le Betta splendens, le combattant, pla kat (ปลากัด) est un petit poisson tropical originaire d’Asie.
Comme tous les poissons de son genre, le combattant a la particularité de pouvoir respirer de deux manière différentes : en plus des branchies classiques, cette espèce est en effet munie d’un curieux appareil respiratoire appelé "labyrinthe" [1] qui lui permet d’absorber l’oxygène de l’air.
Le combattant du Siam est l’emblème de "l’attitude" de la nation thaïlandaise depuis février 2019.

Combattant (Betta splendens)

Le Betta splendens a été découvert dans les rizières de Thaïlande et de Malaisie. Aujourd’hui on le trouve dans les eaux stagnantes du Mékong, également au Cambodge, au Laos et au Viet Nam sous sa forme sauvage.
Le combattant réside naturellement dans une eau légèrement acide. L’espèce évolue à faible profondeur dans les zones à forte présence de végétaux (plantes aquatiques et palustres, matières organiques en décomposition, branches...). En période sèche, Il arrive que le combattant se retrouve isolé dans des marais et des petits trous d’eau peu oxygénés. Sa faculté à piper de l’air à la surface lui permet de résister jusqu’à la saison suivante. Le sol est généralement constitué de sable et d’humus.

Description
Combattant - Femelle sauvage

Le combattant est connu pour les robes étonnamment chatoyantes qu’il peut revêtir. Il arbore des teintes bleues, jaunes, noires, ou rouges. Beaucoup de sélections et de croisements ont été réalisées pour atteindre ces couleurs. Seules les formes sélectionnées ont des nageoires hypertrophiées.
Dans son état naturel, le combattant mâle arbore plutôt un dégradé de couleur fondamentale de vert, rouge, bleu et noir. Il est connu pour effectuer des parades remarquables de frai ou de combat durant lesquelles il ouvre grand les nageoires et écarte les opercules.
La femelle est plus terne et a la papille génitale blanche. Ses nageoires sont moins développées que celles du mâle.
Le combattant a une bouche légèrement retroussée qui facilite son alimentation à la surface (principalement à base d’insectes). Il dispose d’une nageoire dorsale, d’une caudale, d’une anale, de deux pectorales et de deux pelviennes, qui l’assistent dans sa propulsion, mais également dans son équilibre et pour un changement très rapide de direction.
Le corps du combattant est recouvert d’écailles se superposant. Au delà d’une fonction protectrice, cette structure facilite le glissement dans l’eau du poisson. Elle est recouverte d’un mucus protégeant contre les infections qui augmente encore la dextérité du poisson.

Vie
Combattant sauvage

Le mâle combattant vit en solitaire, parfois accompagné de plusieurs femelles. Il se maintient naturellement à mi-profondeur et proche de la surface.
Bien que légèrement territorial, le combattant est un poisson plutôt paisible qui se comporte généralement de manière pacifique avec ses voisins. Il devinet cependant beaucoup plus combatif en période de reproduction. Dans ce contexte, son comportement "territorial" s’affirme. Le mâle défendra avec constance et véhémence sa ponte.
Il est beaucoup moins tolérant avec ses congénères qu’avec les autres espèces. Les mâles sont extrêmement agressifs entre eux. La bataille entre deux individus est intense et violente. Elle est entraînera la soumission et souvent même la mort d’un des protagonistes. Cette caractéristique est d’ailleurs à l’origine de son nom. L’espèce est utilisé pour des paris lors de combats pouvant rappeler les combats de coqs. Utilisant leurs têtes comme un bélier, les mâles visent les nageoires de leur adversaire, laissant des séquelles importantes sur les deux individus. Les nageoires se régénèrent généralement au bout de quelques semaines.

Reproduction
Accouplement de combattants du Siam

Le Betta splendens possède un mode de reproduction des plus spectaculaires du monde des poissons, au même titre que la plupart de Gouramis.
Le mâle, dans un premier temps, alterne entre parade de séduction, toutes nageoires déployées, et construction d’un nids de bulles : il se met à agglutiner des bulles d’air enrobées de mucus salivaire, leur conférant ainsi l’adhésion jusqu’à former une sorte de nacelle flottante, d’un diamètre avoisinant les huit centimètres pour une épaisseur pouvant atteindre les deux centimètres. Si le mâle n’a pas réussi à s’attirer les faveurs de la femelle, il s’en suit alors un combat d’où les femelles en sortent rarement indemne (les mâles sont rarement dominés). Si la parade a atteint l’effet escompté, le spectacle de l’accouplement est quasiment sans égal dans le monde aquatique.
Enlaçant la femelle de tout son corps, le mâle vient presser les flancs de la femelle, qui, ventre en l’air, se met à relâcher les œufs aussitôt fécondés par le sperme du mâle.
Entre deux accouplements, alors que la femelle se laisse tomber vers le fond pour reprendre des forces, le mâle va fixer en hâte les œufs dans le nid, et empêche la femelle de s’en nourrir. Ce spectacle va se reproduire jusqu’à ce que la femelle ait complètement épuisé son chapelet ovarien en quelques heures.


Une fois l’accouplement terminé, le mâle va chasser la femelle de la zone du nid car celle-ci développe un appétit pour ses propres œufs.
Le mâle protège alors seul le nid, s’attelant même à remonter dans celui-ci les alevins qui tentent de s’en échapper. Celui va alors inlassablement amarrer à nouveau les petits effrontés dans le nid. Au risque même que ne s’étant quasiment pas nourri durant son temps de garde, il devienne lui aussi désireux de happer sa progéniture.

Curiosité
Combattant au couleurs de la Thaïlande

Un Combattant du Siam rayé rouge, blanc et bleu, arborant les couleurs du drapeau thaïlandais a été vendu 53 500 baht (1 400 euros) aux enchères en Thaïlande, en raison de ses couleurs patriotiques, le 9 novembre.
Le propriétaire du poisson, Kachen Worakai, avait posté une photo de l’animal sur un groupe privé de vente aux enchères, sur Facebook. Il a expliqué à l’AFP : "Il existe environ une chance sur 100 000 d’avoir un poisson dont les couleurs soient exactement celles du drapeau thaïlandais. J’ai vraiment eu de la chance".
Originaire de Thaïlande, l’espèce peut être vendue pour la modique somme de cinq euros, mais ce poisson-là a été vendu 1 400 euros au plus offrant, Chuchat Lekdeangyu, qui a expliqué à l’AFP : "Il existe d’autres Combattants dont le motif ressemble au drapeau thaïlandais, mais aucun autre n’a des couleurs aussi semblables".
Il a ajouté : "Cela représente beaucoup d’argent pour moi, mais je pense que ça vaut le coup".

Classification

Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Actinopterygii
Ordre Perciformes
Famille Osphronemidae
Sous-famille Macropodusinae
Genre Betta
Nom binominal Betta splendens (Regan, 1910)

Voir aussi cet article :
Le Betta splendens devient l’emblème de l’attitude de la nation thaïlandaise


Voir en ligne : Le Betta combattant devient l’emblème de "l’attitude" de la nation thaïlandaise...


[1

Le labyrinthe

Le labyrinthe est un organe respiratoire supplémentaire situé au-dessus de la cavité branchiale. Cela autorise des poissons Labyrinthidés d’utiliser l’oxygène atmosphérique. En voici le schéma.
On trouve ce labyrinthe chez les Betta, les Colisa, les Trichogaster par exemples.

Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?
Votre message