Des Néo-Zélandais reposent à Kanchanaburi
Death Railway

<prix162> <== prix test

Donald Talbot Wilkie

Hellfire Pass - Sai Yok - Kanchanaburi
Plus de 100 000 ouvriers et prisonniers de guerre ont perdu a vie pendant la construction du chemin de fer Thaïlande-Birmanie pendant la Seconde Guerre mondia

Donald Talbot Wilkie avait seulement 19 ans lorsqu’il a été capturé par les Japonais.
Le reste de la famille Wilkie est parvenu au port en feu de Singapour dans un petit navire lorsque cette partie de l’Empire britannique est tombée.

Donald Talbot Wilkie
Le jeune homme originaire de Wellington, est un des prisonniers de guerre qui ont perdu la vie sur le chemin de fer. Il avait seulement 23 ans.

Son frère Martin, a déclaré plus tard, avoir vu l’Empire britannique brûler.
Martin a parlé des gens entassés sur le petit bateau dans le port littéralement en flammes, après avoir été couvert d’essence et d’huile en feu. Son autre frère, Ian, a décrit le bateau coupant un requin en deux, ce qui lui a permis de manger ses propres entrailles, lorsqu’ils se sont éloignés.

Donald Talbot Wilkie - Kanchanaburi
Il avait seulement 23 ans lorsqu’il a succombé à la maladie sur le chemin de fer.

Donald, originaire de Johnsonville à Wellington, lui, n’a pas réussi à échapper à l’Asie du Sud-Est, il est devenu un ingénieur des mines, prisonnier de guerre sur ce que l’on appelle le "Death Railway", la "Ligne de chemin de fer de la Mort".
un Kiwi expatrié capturé en Thaïlande qui a passé quatre ans en tant que prisonnier de guerre à Kanchanaburi, contribuant à construire l’ambitieux chemin de fer Thaïlande-Birmanie, avec environ 60 000 prisonniers de guerre alliés et 200 000 travailleurs asiatiques.
À la fin de seize mois de construction, plus de 100 000 personnes sont mortes - une pour chaque couchette de bois. Wilkie était l’un d’eux.

Cartes postales
Les cartes postales que Donald Talbot Wilkie a envoyé à sa famille depuis les camps le long du chemin de fer.

Il repose maintenant au Plot n°4, tombe n° D12 dans le cimetière de guerre de Kanchanaburi, avec une douzaine d’autres Kiwis qui ont été capturés après s’être joints aux troupes australiennes avec des forces de volontaires en Asie.
Quelques prisonniers de guerre ont été abattus, certains sont morts sous les coups, mais la plupart sont morts du paludisme, de la pellagre (carence en niacine [1]), de la dysenterie ou du beribéri (carence en thiamine).
Wilkie était basée à Tha Sao camp, l’un des six camps de prisonniers de guerre le long du chemin de fer. Il a succombé à la maladie le 9 décembre 1943, âgé de 23 ans.

Cimetière de guerre - Kanchanaburi
Trizez Kiwis ont été reposent au cimetière de guerre de Kanchanaburi.

Les documents officiels indiquent qu’il est mort d’une dysenterie, mais sa famille a été informée qu’il s’agissait en fait du beribéri, une carence en thiamine causée par l’alimentation limitée au riz blanc et à des légumes salés, qui peut entraîner une insuffisance cardiaque. Il est possible que Wilkie ait souffert des deux maladies, malgré qu’il fut contraint d’envoyer des cartes postales familiales avec des fausses nouvelles rassurantes comme "Je vais bien" et "Je suis heureux".

Ancien cimetière de guerre
L’ancien lieu de repos de Wilkie en Thaïlande, avant qu’il soit déplacé au cimetière de guerre de Kanchanaburi.

Enfer sur terre

Les travailleurs du chemin de fer long de 415 km, qui s’étend le long de la frontière entre la Birmanie (Myanmar) et la Thaïlande, ont été forcés de travailler jusqu’à 18 heures par jour. Ils ont dû travailler malgré la chaleur, la maladie, les repas insuffisants et les vêtements en lambeaux, parfois un simple pagne. Ils ont également dû faire face aux bombardements du chemin de fer par les alliés .
Les deux sections les plus infâmes du chemin de fer sont Hellfire Pass et le Pont sur la rivière Kwai, rendu célèbre par un film en 1957.
Le pont est maintenant l’un des principaux attraits touristiques de la Thaïlande avec Hellfire Pass, ou la passe de Konyu (Konyu Cutting).
Hellfire Pass a été une coupe majeure, principalement effectuée à la main, avec des marteaux-piqueurs. La coupe de la roche dure a ralenti la construction du chemin de fer, de sorte que d’autres prisonniers de guerre et des travailleurs ont été amenés pour accélérer le processus. Les hommes ont été obligés de travailler la nuit, le site éclairé par des lampes à l’huile et des feux de bambou. La vue des hommes squelettiques, agrippés aux rochers dans la lumière jaune scintillante donnait une image que les prisonniers comparaient à l’enfer.

Les héros

Malgré les nombreuses atrocités commises, des efforts ont été déployés par certains pour aider les prisonniers de guerre et les travailleurs.

Une photo de prisonnier de guerre allié

Un médecin australien, le lieutenant-colonel EE Dunlop, connu sous le nom de Weary Dunlop, est une figure emblématique du chemin de fer. Les efforts infatigables du médecin pour aider les malades et les blessés, avec des ressources limitées, ont fait de lui un héro. Dans les années 80, Dunlop a fait partie d’un groupe d’ex-prisonniers de guerre qui ont aidé à reprendre le site de Hellfire Pass à la jungle et à le conserver comme lieu de visite et de respect. Un monument et un musée australien occupent maintenant le site.
Boonpong Sirivejabhand, un commerçant de Kanchanaburi, a également joué son rôle dans cet effort pendant la construction du chemin de fer.

Gare du Pont de la rivière Kwaï
Les visiteurs peuvent prendre un train depuis la gare.

Boonpong a remporté un appel d’offre pour fournir aux Japonais les choses nécessaires à la construction du chemin de fer et à la conservation des camps en état de marche. Après avoir vu les conditions atroces dans les camps, il a commencé à transporter dans la clandestinité des médicaments et des messages aux prisonniers de guerre. Il a également fourni des informations sur les camps aux forces alliées à l’extérieur.
Son magasin existe encore à Kanchanaburi et sa famille l’a transformé en un petit musée, avec des souvenirs et des images du héros local.

Pièces manquantes

Le pont sur la rivière Kwai
Il a été rendu célèbre par un film de 1957. C’est aujourd’hui l’une des plus grandes attractions touristiques du pays.

Le pont sur la rivière Kwai a été rendu célèbre par un film de 1957. C’est aujourd’hui l’une des plus grandes attractions touristiques du pays.
Malgré l’énorme perte de vie causée par la construction du chemin de fer, c’est l’une des parties moins évoquées de la Seconde Guerre mondiale, en particulier pour les Néo-Zélandais.
Andrew Snow, chercheur du Thailand-Burma Railway Centre (TBRC), s’est donné pour mission d’aider les familles à connaître l’histoire de leurs proches qui ont perdu la vie en Thaïlande pendant la guerre.
Le père de Snow a été l’un des prisonniers de guerre australiens qui ont survécu mais sont décédés quand Snow avait seulement cinq ans, lui laissant peu d’informations sur son temps en Thaïlande.

Hellfire Pass - Sai Yok - Kanchanaburi
Hellfire Pass a gagné son nom, "Passe de l’Enfer", avec des images de l’enfer emplies d’hommes maigres et malades travaillant, la nuit, avec des barres à mines et des ciseaux à froid éclairés seulement par des torches.

Un soir, alors que sa sœur l’appelait pour lui parler d’un pèlerinage, mis en place par l’équivalent australien d’AA, Snow devint désireux d’en savoir plus sur l’expérience de son père. Il voyageait alors entre Singapour, la Malaisie et la Thaïlande. À son retour en Australie, il se prit conscience qu’il ne connaissait rien du "voyage personnel" de son père. Il a alors commencé ses propres recherches à ce sujet et puis est retourné en Thaïlande en 2009 pour retracer les étapes de la vie de son père. Depuis il est resté à Kanchanaburi.
"Parfois, ces choses arrivent juste au bon moment".

Mémorial à Hellfire Pass
Le gouvernement australien a créé un musée et un mémorial, là où de nombreux prisonniers de guerre ont perdu la vie.

Snow dit qu’il est connecté "à des centaines et des centaines et des centaines" de familles.
"Notre principal raison d’être est de recueillir l’information pour les gens qui ont du mal à trouver par eux-même", dit-il. "C’est l’ultime satisfaction professionnelle".

Edward "Weary" Dunlop
Il est devenu un héros par ses efforts inlassables pour sauver les prisonniers de guerre malades et blessés.

Snow dit qu’il ne fait pas ce travail pour l’argent ou pour la renommée, il le fait pour la satisfaction de donner aux familles un peu d’informations sur ce que leurs proches ont vécu. Et pour les aider à clôturer leur recherche.
Il n’est pas rare que les gens tombent en larmes quand il partage ses connaissances avec les familles qui lui rendent visite.
"Ils pleurent parce qu’ils ne l’ont pas su. Pendant 70 ans, ils ont attendu que quelqu’un leur dise quelque chose sur ce qui s’est passé", dit-il.

Table d’opération - Kanchanaburi
Une table d’opération dans l’un des hôpitaux du camp le long du chemin de fer.

"Il remplit un petit morceau du puzzle à sujet de cette personne".
Cela aide les gens à comprendre pourquoi leurs pères ou leurs maris, leurs frères ou leurs fils sont retournés mentalement meurtris. Certains hommes ont été forcés de brûler leurs meilleurs amis après leur mort. Ils ont dû maintenir des camarades hurlants quand leurs membres ont été amputés, ou leurs ulcères tropicaux raclés de leurs jambes sans aucune anesthésie.

Contraptions chirurgicales - Kanchanaburi
Contraptions (bidule, engin très bizarre) utilisées pour les hommes dont les jambes devaient être amputées, généralement en raison des ulcères tropicaux ou des blessures.

"Vous ne pouvez pas imaginer dans votre tête ce que cela fait pour les gens ...
"Une fois que les gens comprennent ce qui s’est passé, ils comprennent pourquoi papa est dans la pièce et les étoiles sur le mur ... Ou pourquoi il se bat les Japonais dans les escaliers la nuit".

Guerre oubliée

Le commerçant local thaïlandais Boonpong
Il est devenu l’un des héros de la guerre après avoir aidé les prisonniers en introduisant clandestinement des marchandises et des messages avec les forces alliées.

Le commerçant local Boonpong est devenu l’un des héros de la guerre après avoir aidé des prisonniers de guerre et des médecins et transmis des messages aux forces alliés.
Snow dit que cet épisode de la guerre est méconnu à l’est en Nouvelle-Zélande et en Australie. La chute de Singapour a été considérée comme une « grande honte » par les politiciens et les pays alliés. Ils évitent de mettre l’accent sur cette partie de la guerre. Lorsque les prisonniers de guerre sont retournés dans leur pays d’origine, ils n’ont pas parlé de ce qu’ils ont vécu, dit-il.

Andrew Snow - Kanchanaburi
L’Australien Andrew Snow a visité la Thaïlande en 2009 pour en savoir plus sur l’expérience de son père. Depuis il est là, à Kanchanaburi.

"Pour une raison étrange, ils étaient embarrassés. Ils ont été fait prisonniers dans une défaite humiliante."
Beaucoup n’ont pas rejoint leur RSA [2] local parce qu’ils n’avaient pas d’histoires de combat héroïques à partager avec les autres vétérans. Cela signifie que beaucoup ont manqué de soutien et de camaraderie.
Alors que le gouvernement australien a mis en place un musée et un monument commémoratif à Hellfire Pass pour rendre hommage à ceux qui ont travaillé et qui ont perdu leur vie, il y a toujours un grand manque de soutien des gouvernements dans ce domaine.

Cimetière de guerre - Kanchanaburi
Des chercheurs comme Snow passent leur temps à apprendre les histoires de ceux qui sont enterrés ici, afin de relier les familles à ...

Quelques cent hommes inconnus reposent dans les tombes non marquées des cimetières de guerre de Kanchanaburi.
Les nouvelles informations détenues par les utilisateurs de TBRC pourraient être utilisées pour aider à identifier ces hommes, avec l’aide des gouvernements, dit-il, ajoutant que l’argent et les ressources pour ce faire ne sont pas disponibles.

Connexion des familles

Maris Sangiampongsa - Kanchanaburi
L’ambassadeur thaïlandais en Nouvelle-Zélande Maris Sangiampongsa espère que plus de familles "kiwi" pourront venir voir leurs proches ...

L’ambassadeur de Thaïlande en Nouvelle-Zélande, Maris Sangiampongsa, dit que de nombreux Kiwis ignorent que les soldats néo-zélandais ont perdu leur vie en Thaïlande pendant la guerre.
Très peu de tombes de prisonniers de guerre ont été visités par leurs familles à Kanchanaburi. Sangiampongsa dit qu’il espère que la prise de conscience des liens créés par la guerre entre les deux pays permettra à des familles de retrouver leurs proches disparus et de venir honorer leurs tombes.

Cimetière de guerre - Kanchanaburi
Selon la Commission officielle des sépultures du Commonwealth, aucune victime néo-zélandaise n’est répertoriée dans aucun des CWGC ...

Le ministère de la Culture et du Patrimoine de la Nouvelle-Zélande, responsable des sites des Commonwealth War Graves (GTC) en Nouvelle-Zélande et dans le Pacifique, a déclaré que les documents officiels du CWG ne disent pas que des Néo-Zélandais sont enterrés dans les cimetières du GTC - Chungkai ou Don Rak à Kanchanaburi. Une porte-parole du ministère a déclaré que la contribution annuelle à la Commission CWG aide à payer la maintenance dans les autres cimetières de CWGC à l’étranger.
Il y a trois militaires néo-zélandais enterrés dans le cimetière de guerre de Thanbyuzayat au Myanmar (Birmanie) terminus de la ligne.

Donald Talbot Wilkie - Kanchanaburi
Le télégramme informant la mort de la famille Wilkie de Donald Talbot Wilkie.
  • Kenneth Charles Rasmussen, décédé le 22 juin 1943, âgé de 20 ans
  • Edgar James Roland McLachlan, décédé le 10 novembre 1943, âgé de 23 ans
  • Cecil Deryck Charters, décédé le 25 décembre 1943, âgé de 29 ans.
    Kanchanaburi est à environ 2,5 heures de route de Bangkok (environ 150 km). Vous pouvez y aller en voiture, en navette ou en train.

Voir en ligne : Visites de la province de Kanchanaburi

Notes

[1La vitamine B3 est une vitamine hydrosoluble qui correspond à deux molécules : la niacine (acide nicotinique) et son amide, la nicotinamide, parfois appelée niacinamide. On l’appelle aussi PP pour pellagra preventive car une carence en cette vitamine est responsable de la pellagre.

[2The Returned Soldiers’ Association a été fondée en 1916 par des vétérans blessés qui sont rentrés de la Première Guerre mondiale. Un précurseur pour le RSA tel qu’il existe aujourd’hui. Sa création établit la reconnaissance du besoin de fournir des soins aux soldats qui revenaient et d’honorer la mémoire de ceux qui ne reviendraient jamais. Le soutien et le souvenir sont au cœur de la RSA depuis 1916.