La cascavelle
La fleur du Roi Rama IX

Cascavelle ou chanvre indien (Crotalaria juncea L.) est aussi appelée chanvre du Bengale, crotalaire jonciforme, , crotalaire effilée...

En Thaïlande elle se nomme ปอ (po) ou ปอเทือง (po tuang)

En Thaïlande

Sa majesté Le Roi de Thaïlande Bhumibol Adulyadej

La cascadelle a la couleur du défunt Roi Rama IX, le jaune.
Les autorités agricoles du royaume encouragent le développement de la culture de Clotaria pour ses qualités exceptionnelles.

Origine

Crotalaria Juncea

Crotalia juncea est certainement originaire du Bangladesh, du Bhoutan et d’Inde. elle est à présent cultivée dans les zones sèches des régions tropicales et subtropicales et dans des régions tempérées à saison chaude. Elle est souvent subspontanée, se naturalise facilement et pousse dans de nombreuses régions comme plante rudérale [1].

Description

Crotalaria JunceaCrotalaria Juncea

Le chanvre indien est une plante herbacée annuelle érigée, lâchement ramifiée de un mètre et demi à trois mètres et demi de haut avec des tiges côtelées à courts poils couchés.

Feuilles

Les feuilles sont alternes, simples avec des stipules de un à deux millimètres de long, minces avec des pétiole de trois à cinq centimètres de long des folioles oblongues-lancéolées de cinq à treize (voire dix-huit) centimètres sur un demi à trois centimètres de large, à pubescence finement apprimée [2].

Fleurs

[en]Flower[fr]Fleurs de crotalaria</multi

L’inflorescence est constituée de grappes opposées aux feuilles de 10 à 50 cm de long, avec de 6 à 20 fleurs. Les fleurs sont bisexuées, zygomorphes

Fruit

Fruit de la crotalaria

Le fruit est composé d’une gousse cylindrique de 30 à 55 millimètres de long pour 12 à 17 millimètres. Il est court avec des poils veloutés, contenant de six à douze graines obliques, cordiformes, de six à sept millimètresde long, brun foncé à noires.

Usages

Crotalaria Juncea Fibres

La fibre libérienne [3] résistante est utilisée surtout pour les cordages, les ficelles, les filets de pêche, des sangles, le papier de soie, le papier à cigarette, les toiles, les semelles d’espadrilles, les sacs, du linge de table, de la literie, des tapis. On fabrique également un substrat de culture avec les fibres.
Crotalaria juncea est utilisé comme engrais vert dans les tropiques, souvent en alternance ou en culture intercalaire avec le riz, la canne à sucre, le café, le coton, le maïs, le sorgho, le tabac, l’ananas et dans des vergers.
En Thaïlande on estime que la culture intercalaire permet 50% de riz en plus.
Elle est également cultivée pour prévenir l’érosion du sol, pour éliminer les mauvaises herbes et pour réduire le nombre de nématodes. Crotalaria juncea sert d’indicateur de carence en potassium et en calcium.
Les tiges séchées sont utilisés comme fourrage. Les graines servent à nourrir les chevaux en Russie et des porcs au Zimbabwe, bien qu’elles soient considérées comme modérément toxiques pour le bétail, principalement pour les chevaux, qui peuvent cependant le consommer en toute sécurité lorsqu’elles ne représentent pas plus de 10% de l’alimentation totale.
Les résidus des tiges ligneuses après l’extraction des fibres peuvent être utilisées comme combustible. Les graines servent aussi à la production d’un adhésif pour le contreplaqué et même de substitut du café. Elles ont la réputation de purifier le sang, de soigner le psoriasis et l’impétigo et d’être emménagogue, dans les médecines traditionnelles.

Production et commerce international

La récolte de la crotalaria

Crotalaria juncea a été cultivée comme plante à fibres en Inde depuis Ve siècle avant J.-C. C’est une des toutes premières plantes à fibres connue historiquement. La fibre a été introduite en Europe en 1791 par l’East India Company, en concurrence du jute (Corchorus). La fibre de Crotalaria juncea s’est révélée égale au chanvre (Cannabis sativa). Aujourd’hui, les principaux producteurs de Crotalaria juncea sont la Chine, la Corée (RDC), l’Inde, la Roumanie, le Bangladesh, le Brésil, le Pakistan et la Russie. La Chine est le premier producteur de Crotalaria juncea dans le monde. Les fibres sont exportées principalement vers la Belgique, les États-Unis, la France, la Grèce , l’Argentine, l’Italie, le Royaume-Uni et la Russie. Les importations aux États-Unis et au Royaume-Uni sont essentiellement destinées à la fabrication de papier à cigarette et de papiers de soie de grande qualité.

Curiosité

Crotalaria Juncea

Les champs de clotaires sont magnifiques lors des la floraison, les imaginatifs Thaïlandais en ont fait une attraction. Ce spectacle de la nature est proposé dans toute la Thaïlande. Ainsi le district de Nong Prue dans la province de Kanchanaburi attire de nombreux visiteurs...

Propriétés

L’intérêt premier de Crotalaria juncea réside dans sa fibre libérienne de qualité. Elle représente environ 8% du poids de la tige sèche. La fibre commercialisée est constituée de brins de couleur jaune pâle à grisâtres longs de 75 à 150 centimètres. Exposée à l’humidité, elle est plus durable et plus résistante que le jute, mais moins que le chanvre. La fibre est moins résistante sèche que mouillée. Elle est assez résistante aux micro-organismes dans l’eau salée, ce qui la rend particulièrement adaptée pour les cordages marins et les filets de pêche. Elle contient 67,8% de cellulose, 16,6% d’hémicelluloses, 10% d’eau, 3,5% de lignine, 0,3% de pectine, 1,4% de composés hydrosolubles et 0,4% de lipides et de cire. Les fibres ont aussi des propriétés intéressantes pour la fabrication de papier : un bon rendement en pâtes au sulfate blanchissantes, des propriétés de résistance de la pâte égales ou supérieures à celles de la plupart des pâtes de bois de feuillus mélangées et un rapport longueur sur largeur des fibres supérieur à celui des fibres du bois. Le degré de polymérisation et la forte teneur en cellulose rendent cette fibre idéale pour le papier spécialisé. Pour le papier à cigarette l’intérêt est leur forte teneur en cellulose et de leur faible résidu en cendres.
Les graines contiennent des alcaloïdes pyrrolizidiniques toxiques : la juncéine, la sénécionine, la trichodesmine, et la sénéciphylline et 25,6% de galactomannane, un polysaccharide.

Écologie

Crotalaria juncea résiste à la sécheresse et est adaptée aux régions chaudes, semi-arides et arides. elle tolère un léger gel. En Asie du Sud, elle est cultivée dans des régions dont la pluviométrie est comprise entre 170 et 200 millimètres pendant la période de croissance, mais elle est souvent plantée dans des régions dont la pluviométrie est nettement plus élevée. Elle ne tolère pas le sel. Elle est adaptée à une large variété de sols. Elle pousse bien sur des sols pauvres, cependant la croissance est nettement améliorée par l’apport de fertilisants.

Récolte

La récolte

La plupart des cultivars sont prêts pour la récolte de 120 à 150 jours après le semi. Une récolte au bon moment est très importante pour garantir un rendement optimal ainsi qu’une qualité de fibres optimale. Il vaut souvent mieux récolter la culture à 50% de la floraison ou au stade des jeunes gousses afin d’obtenir un compromis entre rendement et qualité. Si elles sont cultivées pour les graines, les plantes doivent être récoltées une fois qu’elles sont bien développées avant que les gousses aient séchées, pour éviter les pertes de graines pendant la coupe et la mise en bottes avant le battage. La récolte pendant la floraison donne une fibre plus fine, mais les graines sont alors perdues.

Ressources génétiques

Crotalaria juncea a une aire de distribution importante mais n’est pas connu à l’état sauvage. La diversité génétique dépend essentiellement de sa préservation dans les champs cultivés.

Perspectives

Un culture fortement encouragée en Thaïlande

La demande en fibres naturelles augmente partout dans le monde et et les offres actuelles en fibres ne satisfont pas la demande du marché. Crotalaria juncea peut être cultivé à grande échelle et peut contribuer à répondre à cette demande croissante de fibres naturelles. Elle peut jouer un rôle économique de premier plan dans les régions tropicales et subtropicales. Par rapport à d’autres plantes à fibres libériennes, Crotalaria juncea présente l’avantage d’être résistante à la sécheresse et aux nématodes à galles (Meloidogyne incognita) et de fixer l’azote atmosphérique [4]. Elle est adaptée à de nombreux écosystèmes et peut servir à la réhabilitation et à la protection des sols.

Notes

[1Qui pousse sur les décombres, les tas d’ordures et généralement aux abords des habitations et sur les voies de circulation (à cause de la richesse de ces lieux en azote).

[2Apprimé se dit d’un organe appliqué sur un autre, mais sans y adhérer.

Staehelina Stéhéline

[3Libérien se dit du tissu conducteur de la sève élaborée dans diverses parties d’une plante vasculaire (racine, tige, feuille) et composé de tubes criblés, de parenchyme et parfois de fibres.

[4Dans la plante les pourcentages d’azote, de phosphore et de potassium sont 1,98, 0,30 et 2,41, respectivement.