Ko Maha Mongkol la fin !
Protection de la nature

Ko Maha Mongkol, le magnifique centre de retraite et de méditation bien connu des Thaïlandais et des étrangers dans la province de Kanchanaburi a été fermée. Ko Maha Mongkol occupait illégalement une zone protégée depuis 1991.

Ko Maha Mongkol

Ko Maha Mongkol - Sai Yok

Ko Maha Mongkol (เกาะมหามงคล), "L’île de Bonne Augure" était un centre de pratique spirituelle construit sur la rive de la rivière Kwai à Amphoe Sai Yok. Ce centre de formation à la méditation a été fondé par la none Bongkot qui est une pratiquante bouddhiste, mais n’est pas bhikkuni [1]. L’accès se faisait par un pont suspendu au dessus de la rivière Kwaï Noi, le premier élément distinctif du centre dans un environnement magnifique. Le centre était calme et isolé se prêtant à la méditation. Les personnes intéressées pouvaient y faire une retraite spirituelle et/ou réserver une chambre d’hôte. Il était également possible de visiter le centre à pied en gravissant l’escalier de 1 688 marches et de vénérer les reliques sacrées du Bouddha après avoir revêtu une robe blanche. 

Condamnation pour intrusion et expulsion

Ko Maha Mongkol - Sai Yok - Kanchanaburi

Bongkot Sitthipol, surnommée "Mae (mère) Chi Bongkot" et Pimpan Rattanaplueksanon ont été expulsées de la forêt nationale de Wang Yai et de la rivière Khwaï Noi. Elles occupaient illégalement le terrain et avaient fait construire les bâtiments sans autorisation : construction du grand stupa, de 35 autres bâtiments, de la route et des escaliers reliant les différents bâtiments sur 500 rai.
La justice a déclaré qu’elles sont responsables des dégâts et leur réclame 57 709 819, 84 baht (intérêt de 7.5% par an compris) elles sont par ailleurs sous le coup d’une condamnation à 3 ans et 9 mois de prison pour la première et de 3 ans et 4 mois pour la seconde .
Mae Chi Bongkot avait demandé, dans le passé, l’autorisation d’exploiter le terrain au Bureau de forêt mais cette autorisation lui avait été refusée.

Protection de la nature

Des paysages magnifiques, une nature fragile

Les pouvoirs publics semblent enfin décidés à faire respecter les lois concernant le tourisme et la protection de l’environnement. Depuis puis deux ans les autorités ont commencé à faire le ménage en s’attaquant en premier lieu aux commerces situés illégalement sur les voies publiques. En juin 2016, une opération autant brutale qu’imprévue a été opérée par les gardes forestiers dans le district de Sangkhlaburi afin de détruire les plantations illégale dans le parc national. L’accès au village karen qui vivait du tourisme, notamment des activités avec les éléphants, a été interdit aux touristes et le camp d’éléphants fermé. En juillet 2016, le Wat Pa Luang Ta Bowa Yannasampanno, tristement célèbre sous le nom de Temple des Tigres a été fermé définitivement, le Bureau de réforme agraire a pu récupérer 931 rai de terres illégalement occupées par le Temple. Au cours de l’enquête la police avait trouvé 40 bébés tigres morts dans un congélateur. Depuis la fin de 2016, les licences des guides opérant pour des agences licenciées par la TAT sont régulièrement contrôlés. Mi-avril 2017, la Cour suprême, a confirmé la condamnation de Pracha Pothipipit, alias Kamnan Sia, ancien député démocrate de Kanchanaburi, poursuivi depuis 2012, à deux ans et huit mois de prison pour avoir empiété sur plus de 1 000 rai de terres de l’État... La Cour suprême avait déjà condamné Pracha à cinq ans de prison, son épouse Kemporn Tangjaiyen et son proche collaborateur Wanna Lorpaiboon à quatre ans d’emprisonnement pour corruption dans une affaire de constructions sur des terres publiques. Le 20 avril 2017, c’était le tour du camp d’éléphants de Taweechai, installé illégalement dans le parc national de Erawan. Fin avril une cinquantaine d’hôtels ont été contrôlés et leurs autorisations vérifiées. Enfin Ganeshapark [2] le célèbre camp d’éléphants, bien que légalement installé, doit quitter son emplacement de Tha Khanum, la zone ne devant pas accueillir des éléphants domestiques.
 [3]

Le centre méditation Maha Mongkol

Ko Maha Mongkol - Sai Yok -Kanchanaburi

Maha Upasika Dr Bongkot Sitthipol a fondé le centre méditation Daen Mahamongkol dans le district de Sai Yok dans la province de Kanchanaburi et la Mahamongkolchai Dhamma Devoted Land for World Peacefulness Foundation à Shravasti [4]
Bongkot Sitthipol a créé le centre de Daen Maha Mongkol à Sai Yok en 1991, de nombreuses possibilités y étaient offertes au public sous la forme de huttes solitaires dans des espaces ouverts sur la forêt pour que les participants puissent se reposer, réfléchir, méditer et retrouver la paix intérieure sans les commodités de l’art et du luxe. La préparation des aliments était un travail d’équipe, ou chacun fasaait le vœu, pendant la cuisson, que les convives qui mangeront la nourriture puissent avoir une bonne santé, être exempt de maladie, à l’abri de la colère, de la haine, de la cupidité et de la jalousie.

Bongkot Sitthipol

Maha-Upasika-Dr-Bongkot-Sittipol - 2007

Maha Upasika est née au début de mai 1954, à Aranypratet, dans la province de Prachinburi. Elle fut propriétaire, directeur et professeur du Bogkot Beauty School. Elle a ensuite abandonné et quitté son école et la vie de famille et est devenu une upasika (Upasika est le féminin de upasaka, celui qui soutient et respecte le Triple Joyau : Bouddha  ; le Dhamma et Sangha) au service désintéressé du monde entier.

Notes

[1Une bhikkhuni est une nonne bouddhiste qui a reçu l’ordination complète (upasampada), suivant un noviciat (shramanerika puis shikshamana) de deux ans au minimum.
L’ordre des bhikkhuni a été fondé cinq années après celui des bhikkhu par le bouddha Gautama, qui leur imposa huit règles les assujettissant aux moines. La première nonne aurait été sa tante et mère adoptive, Mahaprajapati Gautami.
À la fin du xixe siècle, l’ordre des bhikkhuni n’existait plus qu’en Chine, en Corée et au Vietnam. Dans le courant theravada les nonnes sont considérées comme des laïques qui suivent les règles des novices et une la vie ascétique. Des tentatives de faire revivre cet ordre féminin dans les zone du theravada ont été entreprises ces dernières années.

[2Ganeshapark était installé à Tha Khanun, le chef lieu du district de Thong Pha Phum, est un des plus sauvages et des mieux préservé de Thaïlande.

Wat Tha Khanun - Thong Pha Phum - Kanchanaburi

Safarine Tours et Ganeshapark ont grandement contribué à faire connaitre les beauté de ce site dont son magnifique Temple perché.

[3Ganeshaparks’installe dans le district de Muang sur un terrain en bordure de la Rivière Kwaï Yai, route de Erawan.

[4

Daen Maha Mongkon
Bouddha - à Shravasti dans l’Uttar Pradesh en Inde

Shravasti dans l’Uttar Pradesh en Inde où Maha Upasika Dr. Bongkot Sitthipol a fait réaliser une des plus grandes statue de Bouddha à l’air libre. Le Bouddha est représenté dans la position assise, teinté d’or dans un bosquet de Sravasti (capitale de l’ancien royaume de Kosala, où le célèbre monastère Jetavanna Grove a été localisé. Bouddha y aura passé le plus de temps : 24 vassa retraites de la saison des pluies.) près de monastère de Jetavanna.